« En fait, je suis une conteuse de bijoux ! » s’exclame Catherine Daymard « et lorsque je livre un joyau, c’est tout un imaginaire qui se donne ! »

catherine-daymard

Catherine Daymard

Lorsque Catherine Daymard nous accueille sur son lieu de création, elle nous donne aussi la clé de compréhension de son monde. Des objets inspirants occupent bureaux, tables et étagères. On y découvre une tortue en bronze sculpté, une boîte à bijoux en forme de citrouille, une statuette d’éléphant rapportée d’Inde, un drageoir en cristal à décor de diamants, un bouquet de plumes d’autruche, … Autant d’objets chargés de souvenirs et qui nourrissent une créativité singulière.

Pour Catherine Daymard, les bijoux et les oeuvres d’art incarnent la générosité. « À des moments importants de ma vie, ma mère me faisait cadeau de bijoux. Je pouvais lire dans ses yeux un tel plaisir à m’offrir ces merveilles que c’est aujourd’hui ce bonheur inoubliable qui m’anime jusqu’au désir de le voir s’étendre aux yeux des femmes. » « Accompagner la vie, l’amour, la beauté, quelle joie ! » Si bien qu’à toute forme de célébration succède toujours une oeuvre d’art. « La création est ce qui me rend heureuse », confie Catherine Daymard.

Le jardin comme paradis créatif. En persan, le mot jardin se disait « pairi-daeza » qui a donné Paradis. Le jardin du monde DAYMARD a des allures de genèse. Il est aussi l’occasion pour Catherine DAYMARD de replonger dans ses souvenirs d’enfance les plus merveilleux : un jardin à la campagne baigné de soleil, habité d’oiseaux familiers, un arbre à kakis croulant de générosité, des grosses citrouilles bien rondes et bien mystérieuses. Magie et féérie nourrissent le monde Daymard. Il s’en échappe des graines de contes et des joyaux de rêve !

Catherine Daymard vit à Paris. Elle est diplômée d’un MBA de l’université d’Ottawa, Canada. Après avoir exercé des responsabilités en entreprises, elle se consacre depuis plusieurs années à la création joaillière. Elle a étudié l’histoire de l’art au musée du Louvre et la gemmologie à l’Institut National de Gemmologie, Paris.

« En fait, je suis une conteuse de bijoux ! »
s’exclame Catherine Daymard « et lorsque je livre un joyau, c’est tout un imaginaire qui se donne ! »

catherine-daymard

Catherine Daymard vit à Paris. Elle est diplômée d’un MBA de l’université d’Ottawa, Canada. Après avoir exercé des responsabilités en entreprises, elle se consacre depuis plusieurs années à la création joaillière. Elle a étudié l’histoire de l’art au musée du Louvre et la gemmologie à l’Institut National de Gemmologie, Paris.

Catherine Daymard

Lorsque Catherine Daymard nous accueille sur son lieu de création, elle nous donne aussi la clé de compréhension de son monde. Des objets inspirants occupent bureaux, tables et étagères. On y découvre une tortue en bronze sculpté, une boîte à bijoux en forme de citrouille, une statuette d’éléphant rapportée d’Inde, un drageoir en cristal à décor de diamants, un bouquet de plumes d’autruche, … Autant d’objets chargés de souvenirs et qui nourrissent une créativité singulière.

Pour Catherine Daymard, les bijoux et les oeuvres d’art incarnent la générosité. « À des moments importants de ma vie, ma mère me faisait cadeau de bijoux. Je pouvais lire dans ses yeux un tel plaisir à m’offrir ces merveilles que c’est aujourd’hui ce bonheur inoubliable qui m’anime jusqu’au désir de le voir s’étendre aux yeux des femmes. » « Accompagner la vie, l’amour, la beauté, quelle joie ! » Si bien qu’à toute forme de célébration succède toujours une oeuvre d’art. « La création est ce qui me rend heureuse », confie Catherine Daymard.

Le jardin comme paradis créatif. En persan, le mot jardin se disait « pairi-daeza » qui a donné Paradis. Le jardin du monde DAYMARD a des allures de genèse. Il est aussi l’occasion pour Catherine DAYMARD de replonger dans ses souvenirs d’enfance les plus merveilleux : un jardin à la campagne baigné de soleil, habité d’oiseaux familiers, un arbre à kakis croulant de générosité, des grosses citrouilles bien rondes et bien mystérieuses. Magie et féérie nourrissent le monde Daymard. Il s’en échappe des graines de contes et des joyaux de rêve !